JAMES ANGOT

       Éclairagiste / Light Designer

 

  • Après avoir assuré la direction technique du théâtre de Dix heures et du théâtre du Ranelagh à Paris, James Angot assiste Giuseppe Frigeni
    au théatre national de Chaillot à la mise en lumière de "L'estran" chorégraphie de Françoise et Dominique Dupuis.

     
  • Il s'essaie, par la suite, à la création lumière avec «sens 1» chorégraphie de Pedro Pauwels tout en continuant à travailler avec des éclairagistes
    tels qu'André Diot, Pascal Sautelet, Frank Thévenon.

     
  • Il collabore avec plusieurs metteurs en scène tels que Jacques Hadjaje, Marc Locci et Pascal légitimus à la mise en lumières de pièces de théatre à Paris avec notamment pour la compagnie 5 de coeur "Chasseurs de sons" puis "Métronome" et pour la compagnie des Camerluches "Adèle a ses raisons" puis "Dis leur que la vérité est belle".
     
  • Il est actuellement directeur technique et éclairagiste pour certains groupes de danseurs de l'Opéra de Paris tel que «3eme Étage», poste par lequel il assure
    la partition lumière des chorégraphies de Samuel Murez et des cartes blanches à Agnès Letestu.

     
  • En 2010, il conçoit les lumières du ballet «Marie Antoinette» chorégraphié par Patrick De Bana à l'Opéra de Vienne puis à l'Opéra royal de Versailles.
     
  • En 2011, il met en lumière la pièce «Lettre d'un Joueur» de Pierre Lacotte pour Agnès Letestu et Stéphane Bullion (Etoiles de l'Opéra de Paris) à l'Opéra de Massy.
     
  • En 2012, il assure la partition lumière du ballet "Jane Eyre" chorégraphié par Patrick De Bana à l'Opéra de Shanghai et à l'Opéra de Vienne, début 2013,
    pour "Windgames" du même chorégraphe.

     
  • Il conçoit les lumières, en mai 2013 à l'Opéra de Novosibirsk (Russie), de la création "Le Sacre du Printemps", chorégraphie de Patrick de Bana et sera en juillet 2015 de retour à Shanghai pour la création du ballet "Echoes of Eternity" du meme chorégraphe.

 

  • En octobre 2014, il conçoit les lumières du spectacle "Paris, Milan" de Jean Guidoni au Théatre de la Ville.
     
Top